A La Laverie, on a joué au light painting et on s’est marrés !

Le premier atelier de light painting à La Laverie Galerie a eu lieu le 5 avril, sous la houlette du photographe Emmanuel Parmentier. On a dessiné dans l’air, on a éclairé la galerie et surtout on a bien rigolé ! La preuve en images.

Le soir a commencé doucement, avec des formes assez simples.

Emmanuel Parmentier

Emmanuel Parmentier

Après, on a joué à la peinture abstraite, comme celle de Georges Mathieu.

Emmanuel Parmentier

Emmanuel Parmentier

Puis, la lavandière et la stagiaire devaient y passer…

Emmanuel Parmentier

Emmanuel Parmentier

Et voyez ! Il y avait des vrais pros entre nous : une machine à laver de lumière. Pas mal, hein ?

Emmanuel Parmentier

Emmanuel Parmentier

Maintenant, la partie la plus difficile : écrire dans l’air…

Emmanuel Parmentier

Emmanuel Parmentier

Je suis sûre que vous avez déjà vu ce qu’on voulait communiquer, mais je le dis quand même : La Laverie Galerie 😉

On a aussi éclairé la vitrine (Gourmet d’Asie insistait pour participer 😉 )

Emmanuel Parmentier

Emmanuel Parmentier

Et finalement, même la rue des dames a été décorée par nos petites lampes multicolores. Les passants aussi s’amusaient à nous voir gesticuler 🙂

Emmanuel Parmentier

Emmanuel Parmentier

Envie de participer ? Le jeudi 11 avril, ce sera le dernier atelier : dépêchez-vous de vous inscrire. Il n’y aura de place pour tout le monde !!

Atelier jeudi 11 avril – de 20h30 à 22h00 – La Laverie Galerie – 113 rue des Dames, 75017 Paris

Inscription préalable obligatoire : lalaveriegalerie@gmail.com

Publicités

Les ateliers de la Laverie Galerie : « éclairages » sur le light painting !

Man Ray et Picasso le pratiquaient déjà. Et maintenant c’est à vous : le « light painting » ! En avant-première et pour une « mise en bouche »  avant les ateliers
des 5 et 11 avril, voici quelques histoires sur ce jeu photographique. 

Man Ray fut le premier artiste à utiliser cette technique. Il l’expérimentait pour réaliser des autoportraits qui forment maintenant la série « Space writing ».

Man Ray, 1935

Man Ray, 1935

Il paraît que l’artiste a griffonné au hasard. Mais regardez bien : à gauche, l’image réalisée par Man Ray. A droite, la même photo se reflétant dans un miroir. Que remarquez-vous (ici « surligné » en rouge) ? Qu’il est joueur ce Man Ray !

Man Ray, 1935

Man Ray, 1935

En collaboration, Picasso et le photographe Gjon Mili ont testé le « light painting » en 1949. Le résultat ? Des photos exceptionnelles de Picasso dessinant entre autres des centaures et des taureaux dans l’espace.

Picasso shooté par Gjon Mili, 1949

Picasso shooté par Gjon Mili, 1949

Êtes-vous déjà inspirés ? Venez le voir et le pratiquer à La Laverie Galerie ! Pleins de jeux vous y attendent. Mais aussi quelques surprises artistiques.

Rencontres et ateliers de La Laverie Galerie : le « light painting ».

Sessions au choix vendredi 5 avril ou jeudi 11 avril de 20h15 à 21h45.

Inscription obligatoire : lalaveriegalerie@gmail.com

Evénement : La Laverie Galerie sur LCI !!!

L’émission hebdomadaire de Sébastien Adrien, « La semaine de l’art » a consacré son coup de coeur de la semaine à La Laverie Galerie. Première à la télévision ! Voir vidéo à la fin de l’article. Coup de coeur de la semaine … Lire la suite

Robert Capa : « Si la photographie n’est pas bonne, c’est que vous n’êtes pas assez prêt »

Il est  l’un des plus célèbres  photographes de guerre. Il a fondé l’agence de photographes Magnum. Il est exposé actuellement au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme.[1] Robert Capa (1913-1954), mort sur le front, est devenu une icône de la … Lire la suite

Les droits d’auteur tirent-ils une balle dans le pied de l’art ?

Sans vouloir offenser en quoi que ce soit mes amis photographes, il arrive que le droit d’auteur pervertisse la réflexion et la recherche sur l’art. En particulier pour ce qui concerne la publication de photos, devenues objets de convoitises commerciales telles… qu’il devient très difficile d’admirer, regarder, réfléchir, aimer… ou non.

Ceci est une image "volée" : je n'en connais pas l'auteur. Mais la photo provient d'un site juridique... consacré à la protection des droits d'auteur !

Ceci est une image « volée » : je n’en connais pas l’auteur. Mais la photo provient d’un site juridique… consacré à la protection des droits d’auteur !

Cette complexité juridique, particulièrement française, se situe aux antipodes de la démarche ouverte et didactique de La Laverie Galerie. Même s’il faut TOUJOURS respecter l’oeuvre des auteurs, ne serait-ce qu’en les citant.

A titre personnel, il m’a été donné de rencontrer un photographe internationalement connu, pour lui demander l’autorisation de publier (moyennant finances larges, bien entendu) quelques images d’un reportage vieux de 30 ans et effacé de sa mémoire. Son premier geste fut de se saisir d’un 24×36 original que je lui présentais… et de le broyer dans ses mains. « C’est MA photo, répondit-il à mon air stupéfait. Je gère mon petit patrimoine. » La discussion avait lieu dans un « petit » appartement de 300 m2 du 6e arrondissement. Je ne sais pas pourquoi, après cet épisode, j’ai regardé d’un autre oeil ses images. Dommage, non ?

Ecoutez ce passionnant débat organisé par La Tribune de l’Art et partagé par l’excellent site L’attrape Pixels : « L’histoire de l’art doit-elle se faire sans images ? » Et pour introduire ce sujet épineux voici une démonstration par l’image légendée de Sonia Delaunay. Instructif.

Le portrait de Sonia Delaunay par Lothar Wolleh est la seule illustration de l'article de Wikipédia en français sur l'artiste. Pas de reproduction de tableau !

Le portrait de Sonia Delaunay par Lothar Wolleh est la seule illustration de l’article de Wikipédia en français sur l’artiste. Pas de reproduction de tableau !

La Tribune de l’Art : l’histoire de l’art doit-elle se faire sans images ? 

http://www.latribunedelart.com/patrimoine-en-question-s-no4-l-histoire-de-l-art-doit-elle-se-faire-sans-images

Baudelaire et la photographie : ennemis irréductibles ?

A l’occasion du Salon de 1859, le poète écrit à Jean Morel, directeur de la Revue française, une lettre intitulée « Le public moderne et la photographie ». Violente et irrémédiable diatribe ? Pas si sûr.  Baudelaire ne mâche pas ses mots : … Lire la suite

Bence Bakonyi sait dissoudre les êtres

Dans ses images, le jeune photographe hongrois semble concevoir le corps humain comme une matière, effaçable et aussi éphémère qu’un vernis à ongle. Il le représente tantôt en lévitation, tantôt fondu dans le décor, tantôt telle une coulure noire sur un fond … Lire la suite

Exposition à la BNF : la photographie en 100 chefs-d’œuvre

Pas de programme précis pour ce week-end ? Courrez voir l’exposition « La photographie en cent chefs-d’œuvre » à la BNF. Elle a débuté en novembre… et c’est jusqu’au 17 février. Petite mise en bouche en texte et images. Explorant dans les collections … Lire la suite

Attention : dernières places pour l’atelier sur la photo contemplative, de Manon Francoeur !

Manon Francoeur "Forme urbaine n°4"

Manon Francoeur « Forme urbaine n°4 »

Manon Francoeur, photographe canadienne exposée à La Laverie Galerie, propose un stage de deux jours les 23 et 24 mars 2013.  Le groupe n’excédera pas dix personnes… et il reste à ce jour 4 à 5 places, nous informe Manon. Les réservations se font en ligne, par le site du Centre Shambhala.

Si vous êtes intéressé, dépêchez vous !

http://paris.shambhala.fr/

Atelier par Manon Francoeur :regarder et voir : Niveau 1 de la pratique Miksang – Photographie contemplative

Manon Francoeur - Forme urbaine 3

Manon Francoeur – Forme urbaine 3

Manon, photographe canadienne vivant actuellement à Paris, a été exposée à La Laverie Galerie dans le cadre du Mois de la Photo OFF et continue aujourd’hui sa collaboration en participant à l’exposition « Parole de murs ». Elle présente aussi ses images dans des galeries d’art et centre culturels, notamment au Canada. Elle fait partie d’un collectif de photographes canadiens. Manon pratique l’approche Miksang depuis 2007. Pour en savoir plus : http://www.manonfrancoeur.com

La photographie Miksang en quelques mots 

Il s’agit d’une forme d’art contemplatif ancré entièrement dans le moment présent. Le premier niveau de la formation Miksang aide à purifier notre perception visuelle. L’étudiant travaille essentiellement sur la couleur, la texture, la lumière et l’espace et il explore la notion de « flash de perception ». L’image est décomposée à sa plus simple expression afin de réapprendre non seulement à regarder, mais à voir.

Quand l’œil et l’esprit sont ainsi en parfaite harmonie, le monde visuel se manifeste directement dans toute sa fraîcheur. Il n’y a plus de lutte. Les images ainsi produites sont fortes et vivides, qu’elles soient réalisées par un néophyte ou un photographe avancé.

Nul besoin d’avoir des bases en photographie pour participer à ce programme. Toutefois, il est nécessaire de se familiariser avec le fonctionnement de son appareil photo avant le cours.

Infos pratiques concernant le stage-atelier

Matériel: apportez votre caméra numérique; un SLR avec une lentille de base ou encore un « point & shoot » conviennent parfaitement. Prévoyez amener aussi une carte mémoire vide, une batterie additionnelle et vos câbles d’alimentation. Comme vos photographies seront transférées sur un portable pour projection, nous vous demanderons de ne pas photographier en utilisant des fichiers avancés de type RAW. Si vous souhaitez tout de même utiliser ce type de fichier, vous devrez prévoir les équipements de transfert afin de remettre seulement les fichiers demandés en format JPEG sur une clé USB.
Vêtements: prévoyez des vêtements et souliers confortables car plusieurs périodes d’exploration photographique individuelle sont prévues au programme.

Inscrivez-vous en ligne : http://paris.shambhala.fr

Peu de places : nombre de participants limité à 10

 Dates : 23 et 24 mars 2013

Horaires: de 9 h15  à 18 h

Tarifs : Non-membre du Centre Paris Shambala: 150 € – Membre ami: 120 €

Pour les personnes dont les revenus sont inférieurs à 1 000 euros : 100 €, le règlement pouvant être échelonné

Lieu: Centre Shambhala de Paris, 17 rue Eugène Varlin 75010 Paris.

Métro : Château Landon, Gare de L’est, Gare du Nord.

Si vous souhaitez connaître les dates des prochaines formations,

merci de me laisser votre nom et votre adresse mail.