Mois de la Photo Off : l’oeuvre de Manon Francoeur remarquée par Kiblind

Manon Francoeur – Forme urbaine 1
Anecdote : shootée et accrochée initialement de façon horizontale, cette photo a spontanément été renversée dans le sens présenté ici par son acquéreur qui y a vu le lien avec l’oeuvre de Mark Rothko. De quel meilleur parrainage pourrait-on rêver?!

Les six images de la série « Formes urbaines » de Manon Francoeur, présentées par La Laverie Galerie dans le cadre du Mois de la Photo Off, ont retenu l’attention de Julian Polo, qui a interviewé Manon à La Laverie. Cet article vient d’être publié dans Kiblind, magazine culturel sur le net.

En voici le contenu : n’hésitez pas à partager ! Quatre des six photos de Manon ont séduit des acheteurs Français. Manon avait déjà participé à plusieurs expositions, notamment au Canada, son pays d’origine. Ci-dessous le lien pour lire l’article de Julian (que l’on remercie !) ainsi que la biographie artistique de Manon.

htmlhttp://www.kiblind.com/Kiblind-detail-article/Photo-off-manon-francoeur/pa7a1019.html

Biographie de Manon Francoeur

Manon Francoeur est une photographe canadienne qui vit actuellement à Paris.  Elle a participé à des expositions de groupe  au Canada et en France. Elle fait également partie d’un collectif de trois photographes qui a exposé son travail dans des galeries d’art de la capitale du Canada, Ottawa. Au fil des ans, Manon n’a cessé d’étudier la photographie. Elle a complété ceci par diverses formations et stages photographiques au Canada et aux États-Unis.

Aujourd’hui, elle s’immerge dans la culture photographique européenne. Elle consacre son temps entièrement à cet art, à son enseignement et à divers projets et séries d’images.

Démarche artistique

Manon Francoeur s’intéresse tout particulièrement à la face cachée du paysage contemporain et à sa symbolique.Ses « parcelles » de paysages, urbains ou naturels, sont pour elle des énigmes à déchiffrer qui nous apprennent non seulement à regarder, mais aussi à voir. Par ses compositions, elle sonde constamment la connexion entre le visible et l’invisible, le tangible et l’intangible, la permanence et l’impermanence. Elle est fascinée par ces moments de connexion à une autre dimension, une autre réalité, un autre univers. Sa démarche artistique est influencée par ses années de vie en Asie et sa pratique de la photographie contemplative
« Miksang ». Cette forme de photographie rassemble l’art de la photographie, la discipline de la méditation et des enseignements bouddhistes. Ses « parcelles » de paysages suscitent l’étonnement, le questionnement et certains changements de perception.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s