Quels rapports entre la photographie des amateurs et des professionnels du XIXe à nos jours ?

Photo : Man Ray – La photographie en 100 chefs-d’oeuvre, BNF

A l’occasion du mois de la photo, France Culture propose une série d’émissions sur l’histoire de la photographie dont les angles anticonformistes sont particulièrement illustrés dans l’émission ci-jointe en podcast. Une exposition à la Bibliothèque Nationale de France intitulée « La photographie en cent chefs-d’oeuvre » (13 novembre 2012 – 17 février 2013) fera peut-être grincer des dents, mais montre que le conflit entre l’amateurisme et le professionnalisme ne date pas d’hier… et n’a pas fini d’en finir. 

Les amateurs du XIXe siècle se considèrent comme nobles dans leur art, et veulent ainsi s’opposer aux professionnels  considérés comme de simples acteurs de la reproduction du réel, « marchands mercantiles ». Ceux-là  forment le berceau du « pictorialisme » européen, nouvelle esthétique de la photographie d’art qui s’appuie sur les principes de la peinture pour créer de nouvelles normes esthétiques. Ces « combats esthétiques » entre amateurisme et professionnalisme resurgissent régulièrement, notamment à l’occasion de chaque révolution technique.

L’excellente émission de France Culture, loin de toute polémique, est une belle occasion de mettre à bas certains préjugés en se baignant dans l’histoire… pour se faire une idée personnelle de la création photographique au  présent et au futur.

Liens recommandés :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s